La liberté économique des producteurs est garantie par la loi, et l’entreprenariat, l’actionnariat, la privatisation commencent à prendre de l’ampleur.Dans notre orientation de l’économie vers le marché, nous devons garder présent à l’esprit que tout cela est fait pour les hommes. Il est de plus en plus difficile d’arrêter les mouvements d’indépendance. Le 7 avril 1989, des troupes soviétiques et des transports de troupes blindés furent envoyés à Tbilissi après que plus de 100 000 personnes eurent manifesté devant le siège du Parti communiste avec des banderoles appelant à la séparation de la Géorgie de l'Union soviétique et à l'intégration complète de l'Abkhazie. Le même jour, la Congrégation de l'Église de la Transfiguration de Lviv quitta l'Église orthodoxe russe et se proclama église catholique grecque ukrainienne. Par exemple, les anciens états communistes d’Europe de l’EST rejoignent l’OTAN. La possibilité de séparation de l'URSS est réaffirmée lors du premier congrès du parti communiste de l'URSS en 1922 ainsi que les constitutions soviétiques de 1924 (préambule et article 4), de 1936 dite « Staline » (article 17) et de 1977 dite « Brejnev » (article 72)[8],[9]. Le 7 février 1990, le Comité central du PCUS accepta la recommandation de Gorbatchev de renoncer à son monopole sur le pouvoir politique. Cette libéralisation favorisa les aspirations à l'émancipation des Soviétiques qui, en réaction aux décennies de russification subie, prirent rapidement la forme de mouvements nationalistes, générant des conflits ethniques au sein de l'Union soviétique. Aujourd’hui la Russie proposera, chaque mois, un entretien avec un expert qui analyse cette période de l’histoire et partage sa vision de la Russie d’aujourd’hui. Le 17 septembre 1991, les résolutions 46/4, 46/5 et 46/6 de l'Assemblée générale admirent l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie aux Nations Unies, conformément aux résolutions 709, 710 et 711 du Conseil de sécurité adoptées le 12 septembre sans vote. Les attaques sanglantes en Lituanie incitèrent les Lettons à organiser des barricades défensives (les événements sont encore connus aujourd'hui sous le nom de (« Les Barricades »), bloquant l'accès aux bâtiments et ponts d'importance stratégique de Riga. Du 23 juillet au mois de septembre 1988, un groupe d’intellectuels azerbaïdjanais commença à travailler pour une nouvelle organisation, le Front populaire d’Azerbaïdjan, basée sur le Front populaire estonien. En apparence, cela démontrait que la plus grande république avait officiellement fait sécession. Le Conseil suprême de l'Ukraine promulgua la déclaration d'indépendance de l'Ukraine le même jour, marquant ainsi le début de la fin de l'URSS dans son ensemble, l'Ukraine ayant déclaré son indépendance ce jour-là. Le 17 septembre, lorsque des affrontements éclatèrent entre les Arméniens et les Azerbaïdjanais près de Stepanakert, deux soldats furent tués et plus de deux douzaines blessés. De sorte que pays démocratiques et communistes signeront les accords d'Helsinki dont le troisième volet comporte l'affirmation d'un certain nombre de droits fondamentaux comme celui de la libre circulation des personnes », Du fait de la non-reconnaissance internationale de leur annexion par l'URSS (voir plus bas), les trois pays baltes ont pu, depuis 1991 et contrairement aux douze autres républiques ex-soviétiques, quitter la, Official Journal of the European Communities. Des élections locales avaient déjà été programmées dans toutes les républiques entre décembre et mars 1990. À l'arrivée des années 80, l'URSS est déjà en désordre. Le 4 mars 1989, la société des mémoires, engagée à honorer les victimes du stalinisme et à purifier la société des pratiques soviétiques, fut fondée à Kiev. La ville de Berlin était située dans le bloc de l'Est, … Bien que l'énorme territoire de la Russie forme le centre de l'URSS, ses satellites dont  l'Ukraine et les nations baltiques commencent à pousser pour leur indépendance. a). Composés du dernier groupe législatif de l'Union soviétique, les élus de 1989 ont joué un rôle essentiel dans les réformes et la dissolution de l'Union soviétique au cours des deux prochaines années. En 1990, les quinze républiques constitutives de l'URSS tinrent leurs premières élections libres et compétitives. « On March 26, 1949, the US Department of State issued a circular letter stating that the Baltic countries were still independent nations with their own diplomatic representatives and consuls. Boris Eltsine fut élu député, représentant la ville de Sverdlovsk, en recueillant 72% des voix, puis, le 29 mai 1990, il fut élu président du Présidium du Soviet suprême de la RSFSR, alors que Gorbatchev avait demandé aux députés russes de ne pas voter pour lui. Gorbatchev refusa de modifier le statut du Haut-Karabakh, qui faisait toujours partie de l'Azerbaïdjan. Les réformistes plus radicaux étaient de plus en plus convaincus qu'une transition rapide vers une économie de marché était nécessaire, même si le résultat final signifiait la désintégration de l'Union soviétique en plusieurs États indépendants. Le vote élargit le pouvoir des républiques lors des élections locales, leur permettant de décider elles-mêmes comment organiser le vote. Le domaine Internet .su reste utilisé aux côtés des domaines Internet des pays nouvellement créés. Le 5 juin 1988, alors que les célébrations officielles du Millénaire se tenaient à Moscou, le club culturel ukrainien tint ses propres cérémonies à Kiev au monument à saint Vladimir le Grand, grand prince de la Rus' de Kiev. Les jeunes tentèrent de s'emparer d'un poste de police et d'un poste de distribution d'eau. Le 31 mai 1989, les 11 membres du Comité du Karabakh, incarcérés sans jugement dans la prison de Matrosskaya Tishina à Moscou, furent relâchés et rentrèrent chez eux pour un accueil en héros. Les actions d'Aliyeva et du Soviet de Nakhitchevan furent dénoncées par des représentants du gouvernement qui la forcèrent à démissionner et la tentative d'indépendance fut avortée. Son nom fait référence aux déclarations des accords de Helsinki sur les droits de l'homme. Khrouchtchev était favorable à lintégration didées capitalistes ou occidentales dans le socialisme : mécanismes de marchés, la décentralisation, une part de production privée, un investissement accru dans les biens de consommation. Des gens furent ainsi témoins de l'interrogatoire de la direction communiste, auparavant redoutée, et de sa responsabilité. Le 17 septembre, entre 150 000 et 200 000 personnes défilèrent à Lviv pour demander la légalisation de l’église gréco-catholique ukrainienne. Avant le début des Jeux olympiques d’hiver de 1992 à Albertville et des Jeux d’été de Barcelone, le Comité olympique de l’URSS perdura jusqu’au 12 mars 1992, date de sa dissolution, mais le Comité olympique russe lui succéda. C’est l’accusation qui avait été faite à la dissidence moldave entre 1969 et 1971, lorsque le « Front patriotique » clandestin créé par des jeunes intellectuels à Chișinău, qui rassemblait plus d’une centaine de membres, luttait pour le respect par l’URSS des accords d'Helsinki et faisait circuler des samizdat. Parmi les 225 députés ukrainiens, la plupart étaient des conservateurs, bien qu'une poignée de progressistes aient été retenus. Gorbatchev était stupéfait - personne n'avait jamais volontairement démissionné du Politburo. En 1989, la chute du mur de Berlin surprend tout le monde. La police et les soldats regardèrent simplement la scène. Il fut remplacé par Noursoultan Nazarbaïev, un Kazakh d'origine ethnique qui dirigea ensuite le Kazakhstan en tant que République soviétique et par la suite à l'indépendance. Les rapports des autorités de la RSS du Kazakhstan estimèrent que les émeutes avaient attiré 3 000 personnes. Le bloc démocratique remporta environ 90 sièges sur 450 au sein du nouveau parlement. « J'interromps ainsi mes activités au poste de président de l'Union des républiques socialistes soviétiques ». Frustré par la résistance de la vieille garde, Gorbatchev se lança dans une série de changements constitutionnels pour tenter de séparer le parti et l'État et isoler ainsi ses opposants conservateurs au parti. Il déclara le poste éteint et tous ses pouvoirs (tels que le contrôle de l'arsenal nucléaire) furent cédés à Eltsine. Dans la nuit du 31 juillet 1991, l’unité russe OMON de Riga, le quartier général de l'armée soviétique dans les pays baltes, attaqua le poste frontière lituanien à Medininkai et tua sept soldats lituaniens. Les organisateurs du coup d’état s'attendaient à un soutien populaire, mais constatèrent que l'opinion publique dans les grandes villes et les républiques était majoritairement contre eux, ce qui se manifesta par des manifestations publiques, notamment à Moscou. Gorbatchev se heurte en URSS aux revendications croissante des nationalités. Le 25 mars 1990, le parti communiste estonien vota en faveur de la scission du PCUS après une période de transition de six mois. Gromyko fut relégué à la position essentiellement cérémonielle de président du Présidium du Soviet suprême (officiellement chef de l'État soviétique), car il était considéré comme un « vieux penseur ». Plus tard dans la journée, Gorbatchev laissa entendre pour la première fois qu'il envisageait de se retirer. Le 6 octobre, il adopta une loi faisant du letton la langue officielle du pays. Il contenta les ministères de « pouvoir » en promouvant le chef du KGB, Viktor Chebrikov, de candidat à membre à part entière, et en nommant le ministre de la Défense, le maréchal Sergei Sokolov, candidat du Politburo. Décidant que c'était légal, les députés préparèrent une déclaration d'indépendance, qu'Aliyeva signa et présenta le 20 janvier à la télévision nationale. Le 26 avril 1988, environ 500 personnes participèrent à une marche organisée par le club culturel ukrainien dans la rue Khreschatyk à Kiev pour marquer le deuxième anniversaire de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, portant des pancartes avec des slogans du type « Ouverture et démocratie jusqu'au bout ». Des milliers de Moscovites vinrent défendre la Maison Blanche (le parlement de la Fédération de Russie et le bureau de Eltsine), le siège symbolique de la souveraineté russe à l'époque. À partir de février 1988, un nouveau « Mouvement démocratique de Moldavie » organisa à nouveau des réunions, cette fois publiques, des manifestations et des festivals littéraires et musicaux, qui prirent progressivement de l’ampleur et de l’intensité. La première grande explosion se produit le 16 juin 1953 à Berlin-Est, trois mois après la mort de Staline et alors que son successeur éphémère, Beria, avait annoncé l’amnistie d’un million de prisonniers soviétiques. Le dictateur, interloqué, est obligé d’interrompre son discours alors que la transmission télévisée est coupée peu après. La chute de l’URSS entraîne la fin de la guerre froide et du monde multipolaire. De leur côté, après avoir déclaré leur indépendance, l'Ukraine le 24 août 1991 et la Biélorussie le 19 septembre 1991, ont également déclaré garder leurs sièges de membres-fondateurs de l'ONU. Les réformes de Gorbatchev, censées sauver l'URSS, ont donc en fait accéléré sa chute. Des milliers de manifestants marquèrent l’événement dans les trois capitales baltes en chantant les hymnes nationaux de la période d’indépendance, interdits sous la domination soviétique, et en rendant hommage et mémoire aux victimes du stalinisme. Néanmoins, la nouvelle de l'insubordination et du « discours secret » de Eltsine se répandit et bientôt les versions du samizdat commencèrent à circuler. Ces blocages avaient d'ailleurs été analysés dès 1933 par Boris Souvarine, en 1949 par Viktor Kravtchenko et David Rousset, en 1967 par Andreï Sakharov, et dans les années 1970 par Andreï Amalrik et Alexandre Soljénitsyne, mais la nomenklatura soviétique et le mouvement communiste international, loin de vouloir y remédier pour tenter de sauver le socialisme réel, ne se soucièrent que de faire taire les critiques : la perestroïka et la glasnost de Mikhaïl Gorbatchev se révélèrent beaucoup trop tardives. Il rappela également les députés russes du Soviet suprême de l'URSS. Le 13 novembre 1988, environ 10 000 personnes assistèrent à une réunion organisée par l’organisation de patrimoine culturel Spadschyna, le club d’étudiants de l’Université de Kiev, Hromada, et les groupes environnementaux Zelenyi Svit (« Green World ») et Noosfera, consacrée aux problèmes écologiques. La voie balte ou chaîne balte (également chaîne de la liberté estonien: Balti kett, letton: Baltijas ceļš, lituanien: Baltijos kelias, russe: алтийский путь) fut une manifestation politique pacifique le 23 août 1989. Le 18 mars, les candidats démocrates remportèrent de nouvelles victoires au second tour. Les défilés organisés à Berlin masquent mal le malaise… De fait, quelques semaines plus tard, le 9 novembre, le Mur tombe sous les assauts pacifiques de la population berlinoise. Lors de la séance plénière du Comité central du 27 octobre 1987, Eltsine, frustré que Gorbatchev n’ait abordé aucun des problèmes exposés dans sa lettre de démission, critiqua la lenteur des réformes, la servilité envers le secrétaire général et l’opposition de Ligatchev qui avait conduit à sa démission (Eltsine). Le 30 mai 1989, Gorbatchev proposa que les élections locales à l'échelle nationale, prévues pour novembre 1989, soient reportées au début de 1990, car aucune loi ne régissait la conduite de telles élections. Depuis la chute de l’URSS, les sondages annuels du Centre Levada ont montré que plus de 50% de la population russe regrettait son effondrement, la seule exception étant l’année 2012[réf. En décembre 1971, Iouri Andropov, chef du KGB, avait fait arrêter trois des chefs du Front patriotique : Alexandru Usatiuc-Bulgar, Gheorghe Ghimpu et Valeriu Graur, de même qu’Alexandru Soltoianu, chef d’un mouvement clandestin similaire en Bucovine du Nord, qui furent condamnés à de longues peines de Goulag. La liberté de circulation des personnes se traduisit par un afflux brutal de demandeurs de visas individuels dans les services consulaires des ambassades étrangères, qui n'étaient pas organisés pour y répondre (auparavant, des représentants de groupes et d'organisations prenaient rendez-vous à l'avance et se présentaient avec des piles de passeports dont les titulaires étaient listés à l'avance). Cette situation n'avait jamais été envisagée avant les années Gorbatchev, aucun mécanisme ne définissait le processus de l'article sur la sécession, assez vague, et qui en plus fut en contradiction avec les articles suivants qui indiquent que la loi fédérale surpasse les lois locales[10]. 1924-1953 : Jossip Vissarionovitch Djugatsvilli, dit Staline. Les objections de ces derniers n'auraient probablement eu aucun effet, le gouvernement soviétique ayant été effectivement rendu impuissant bien avant décembre. Dans le contexte de la fin des régimes communistes à l'Est et de la disparition de l'URSS, la Yougoslavie a volé en éclats dès le début de 1992, donnant naissance à de nouveaux États en 1992. Lors des élections au Congrès des députés du peuple du 26 mars 1989, 15 des 46 députés moldaves envoyés à Moscou étaient des partisans du mouvement démocratique. Le 21 janvier 1990, Rukh organisa une chaîne humaine de 480 km entre Kiev, Lviv et Ivano-Frankivsk. L’équipe unifiée concourut également à Albertville plus tôt dans l’année (représentée par six des douze ex-républiques) et termina deuxième du classement des médailles à ces Jeux. À la fin du mois de septembre, Gorbatchev n’avait plus le pouvoir d’influencer les événements en dehors de Moscou. Le 12 juin 1990, le Congrès des députés du peuple de la RSFSR adopta une déclaration de souveraineté.